Créer une entreprise rentable en Italie en tant qu'étranger

Voulez-vous créer une entreprise en Italie en tant qu'étranger? Si OUI, voici un guide complet ainsi que les exigences légales pour démarrer une entreprise rentable sans argent en Italie.

Très bien, après avoir fourni une analyse approfondie des 50 meilleures opportunités de petite entreprise en Italie et une série d’exemples de modèles de plans d’affaires spécifiques au secteur; nous allons maintenant analyser en détail les exigences légales, la faisabilité du marché et tout ce qui est nécessaire pour créer une entreprise en Italie. Alors mettez votre chapeau entrepreneurial et allons de l'avant.

Pourquoi créer une entreprise rentable en Italie?

L’Italie est depuis longtemps une destination très prisée des touristes. Cependant, ces dernières années, ce pays est devenu encore plus populaire en tant que destination des petites entreprises. La puissance de la marque «Made in Italy» est extrêmement respectueuse dans de nombreux domaines, notamment dans les domaines de l’alimentation, des boissons, de la mode et de l’artisanat. L'économie a également commencé à se développer et a affiché de solides résultats au cours des trois dernières années sous son nouveau gouvernement, mettant ainsi fin à une précédente récession à triple creux.

Le démarrage d'une petite entreprise en Italie est un passe-temps populaire, avec plus de 3 millions de PME employant 50 personnes ou moins. Il existe un certain nombre d'incitations et de structures de soutien disponibles sur le quatrième marché européen à exploiter. Toutefois, la lourdeur de la bureaucratie et des formalités administratives, qui doivent toutes être traitées en italien, peuvent dissuader certains propriétaires d'entreprise.

Bien que de nombreuses entreprises exercent leurs activités en anglais ces jours-ci, le processus de création d’une petite entreprise en Italie reste complexe. Tout, y compris le point de contact unique en ligne, est conduit en italien et plusieurs étapes doivent encore être entreprises par vous-même ou par un représentant en Italie. Voici les étapes à suivre pour créer une entreprise en Italie.

Créer une entreprise rentable en Italie en tant qu'étranger - Un guide complet

1. Ayez la bonne idée d’entreprise: pour créer une entreprise n’importe où, la première étape consiste à avoir une idée d’entreprise solide et réalisable. Il est préférable de cibler des créneaux, des produits ou des services dans lesquels vous avez déjà acquis une certaine expérience. Construire une entreprise dans un domaine où vous n’avez aucune connaissance ni aucune expérience antérieures sera beaucoup plus difficile.

Vous devez savoir si votre excellente idée peut réellement être une entreprise. Comment le sais-tu? Malheureusement, vous ne savez pas toujours; certains entrepreneurs ont investi les économies de leur vie dans un concept qui ne pourrait pas réellement être une entreprise.

Pour déterminer si votre idée d'entreprise est viable, il est utile de prendre du recul et d'examiner le concept de manière objective. Vous devriez vous poser les questions suivantes;

  • Le marché de ce produit existe-t-il et la demande est-elle suffisante?
  • Votre marché cible potentiel paiera-t-il pour votre service ou produit? Il faut garder à l'esprit que, parfois, les gens n'embrassent pas un produit, même s'il est moins cher parce qu'ils aiment s'en tenir à ce qu'ils connaissent et connaissent bien.
  • Votre marché cible potentiel paie-t-il déjà quelque chose comme votre offre? Croyez-vous honnêtement qu'ils vont passer à votre produit ou service?
  • Comment allez-vous déterminer votre offre? Allez-vous tout fournir à tout le monde ou allez-vous choisir un produit ou un service de niche que vous offrez à un marché cible?

Le but de poser toutes ces questions est de faire une sorte de vérification de la réalité. Vous ne voulez pas investir du temps et de l'argent dans une entreprise qui n'est pas viable. Votre entreprise a besoin d'un marché cible potentiel intéressant car, si vous n'avez aucun client, votre entreprise ne réalisera aucun profit.

Faites des recherches de base sur votre marché cible potentiel et déterminez s’ils constitueront une base de clientèle viable pour votre entreprise.

2. Déterminez le type de structure juridique qui vous convient le mieux: L’ Italie offre un large éventail de structures juridiques pour la création d’une entreprise, en fonction de ses objectifs, du modèle, du montant du capital, de l’étendue de la responsabilité des fondateurs et implications de taxes.

Pour ceux qui cherchent à établir une entreprise avec d'autres actionnaires, les structures juridiques les plus courantes sont les suivantes:

  • Societa Cooperativa (SC) ou société coopérative : ce type de structure juridique n’a pas de limite au nombre d’actionnaires ni de capital minimum. Les associés peuvent bénéficier d'une responsabilité limitée ou illimitée, mais celle-ci doit être déterminée à l'avance.
  • Societa Semplice in Accomandita (SAS) ou société de dépannage simple : ce type de structure juridique n’a pas de limitation du nombre d’actionnaires ni du capital minimum, et la responsabilité des associés est illimitée.
  • Societa Collettivo in Nome (CNS) ou partenariat : le nombre d’actionnaires et le capital minimum ne sont pas limités. Les partenaires ont des engagements illimités et multiples.
  • Societa per azioni (SpA) ou société à responsabilité limitée : ce type de structure juridique n’a pas de limite au nombre d’actionnaires. Un capital minimum de 120 000 € est requis. Il doit être entièrement souscrit et sera payé au 3/10 de la création de la société. De plus, la responsabilité des partenaires est limitée au montant de la contribution. Un quart de l'investissement initial doit être payé avant l'enregistrement de la société en Italie.
  • Societa a responsabilita limitata (SRL) ou société à responsabilité limitée : ici, le nombre des actionnaires n'est pas limité. Un capital minimum de 10 000 € est requis. La somme doit être entièrement souscrite et sera payée à 3/10 de la création de la société.

La responsabilité des partenaires est limitée au montant de la contribution. En outre, un quart de l’investissement initial doit être payé avant l’enregistrement de la société en Italie, bien qu’il n’y ait pas de taxe de constitution en société, moins de paperasserie et aucun frais de notaire.

Si vous souhaitez fonder une entreprise sans engager votre responsabilité personnelle, vous devez choisir le SRL ou le SPA. La SRL est la solution idéale pour les actionnaires souhaitant conserver la gestion, tandis que la SPA convient mieux à des investissements plus importants et à un plus grand nombre d'investisseurs.

Si l'entreprise fait faillite, les actionnaires ne perdront que l'argent qu'ils ont payé pour leurs actions. Si vous souhaitez être le propriétaire unique d'une entreprise, les structures suivantes sont les plus courantes:

  • Società per Azioni unipersonale (SA) : vous serez ici l'unique actionnaire et votre responsabilité sera limitée une fois le capital entièrement libéré. Un capital minimum de 120 000 € est requis. Vous pouvez soit constituer un conseil d’administration de plusieurs membres, soit un seul administrateur pour gérer votre Società per Azioni unipersonale.
  • La Ditta individuale (DI) : cette structure vous permet de posséder une entreprise artisanale, mais des conditions préalables spécifiques s'appliquent. Le capital ou les actifs ne sont pas nécessaires. Toutefois, vos effets personnels seront conservés à titre de garantie en cas de dettes.
  • Società unipersonale a responsabilità limitata (SRL) : cette structure vous permet d'avoir un seul partenaire, dont la responsabilité est limitée au montant versé. Vous êtes tenu de libérer un capital de 10 000 €, éventuellement constitué de contributions. Si vos contributions sont versées en espèces, vous devrez nommer un expert-réviseur agréé auprès de Revisori, le registraire des auditeurs.

Vous devrez également légaliser la constitution de votre SRL. Une fois que vous avez terminé, vous pourrez nommer un conseil d'administration composé de plusieurs membres ou d'un seul administrateur. Vous êtes autorisé à effectuer de simples comptes à condition que le chiffre d'affaires de votre société ne dépasse pas 120 000 € et qu'il réponde à certains critères (nombre de collaborateurs, etc.). Enfin, vous ne pouvez en aucun cas faire une offre publique.

3. Plan d’entreprise et étude de marché: pour donner à votre entreprise les meilleures chances de succès, il est très important de bien comprendre le marché italien, de bien comprendre ce que vous voulez faire et de bien savoir ce qui est réalisable. votre proposition commerciale est avant de commencer le processus d’enregistrement d’une entreprise en Italie.

Vous devrez réaliser une étude de marché dans laquelle vous rechercherez les entreprises qui opèrent déjà dans votre domaine et identifiez vos clients potentiels. Vous pouvez ensuite élaborer un plan d'entreprise décrivant vos objectifs commerciaux, votre marché cible et votre stratégie, y compris une évaluation approfondie des risques et détaillant les obstacles potentiels rencontrés.

4. Créez et enregistrez votre entreprise: bien que le processus de création d’une entreprise soit devenu plus facile de nos jours que par le passé, il est toujours conseillé de demander des conseils juridiques et financiers. Vous pouvez le faire par l'intermédiaire d'une agence certifiée ou faire appel à un notaire qui peut vous guider à travers les procédures juridiques. Vous aurez besoin d'un compte bancaire et devrez engager un comptable et un avocat si vous n'avez pas de notaire.

5. Formalités administratives: Si vous décidez de faire appel à un notaire au lieu d'une agence, vous devrez rédiger un Atto Costitutivo (mémorandum) et un Statuto (statuts). Le notaire doit être présent soit pour rédiger l'Atto Pubblico (accord de constitution), soit pour certifier les signatures des actionnaires (scrittura privata autenticata).

Vous devrez le faire au Registro Imprese, à la chambre de commerce locale et au bureau des impôts local. Le notaire est également responsable de l'inscription de la société au registre des sociétés, tenu par la chambre de commerce de la commune où l'entreprise est constituée.

La société n'existera qu'après cette inscription. Si l'un des actionnaires ne peut être physiquement présent pour signer le contrat, le processus de constitution en société peut être effectué par un mandataire légal (normalement un avocat ou une personne de confiance connue de l'investisseur).

Immédiatement après votre inscription, vous (la société) recevrez un numéro de référence, le numéro d'identification fiscale et le numéro de TVA. Dans les 48 heures, vous recevrez une confirmation d'inscription au registre du commerce ainsi qu'une documentation de l'INPS et de l'INAIL (Office des assurances contre les accidents).


Articles Populaires