Top 10 des listes de contrôle pour la vente d'une entreprise

Lors du processus de vente de votre entreprise, une liste de contrôle diligente est l’une des étapes les plus importantes que vous ne devez pas prendre pour acquise. POURQUOI? La raison en est qu'il peut faire ou défaire tout le processus, vous laissant ainsi avec un doigt brûlé. Dans cet article, je vais partager avec vous une liste de contrôle en dix étapes pour la vente d’une entreprise .

Maintenant, pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une liste de contrôle de diligence raisonnable, une liste de contrôle de diligence raisonnable est un guide documenté qui aide les entrepreneurs à effectuer une analyse minutieuse de toute entreprise qu'ils pourraient être intéressés à acheter. Il comprend généralement une liste complète de questions à poser et de documents à demander pendant le processus de diligence raisonnable.

Outre ses avantages pour l'acheteur, la liste de contrôle permet également au vendeur de savoir quelles informations fournir. Les éléments suivants constituent la liste de contrôle type de la diligence raisonnable:

Un exemple de listes de contrôle de diligence raisonnable + modèle pour la vente d'une entreprise

1. Compte de résultat / bilan et bilans

Les comptes de résultat et les bilans décrivent la performance financière de l'entreprise au fil du temps.

Pour déterminer le niveau de rentabilité de l'entreprise, l'acheteur doit demander un enregistrement des revenus et des dépenses sur une période de trois ans, ainsi que la liste des actifs et des passifs disponibles au moment du contrôle. Celles-ci aideront l’acheteur à connaître l’évolution de l’entreprise et à voir quels changements ont été apportés à l’entreprise au cours de la période considérée.

2. Documents financiers justificatifs

Outre les comptes de résultat, l’acheteur devra consulter des documents financiers à l’appui tels que comptes clients et grands comptes, tableaux d’amortissement et autres rapports connexes.

En fonction du degré d’analyse convenu entre les deux parties, l’acheteur peut également consulter les registres bancaires, les factures des fournisseurs, les déclarations fiscales, les registres de maintenance des équipements, les dossiers des employés ainsi que les déclarations de vente et de paie.

3. Contrats de location

L’acheteur doit également passer en revue les contrats de location et les contrats d’équipement afin de comprendre les responsabilités et les obligations énoncées dans ces contrats.

4. Contactez le BBB et les autres qui connaissent mieux

L'acheteur doit effectuer des recherches supplémentaires sur la société à acquérir en contactant le Bureau d'éthique commerciale (Better Business Bureau - BBB ), ou des agences similaires dans votre pays, pour connaître la réputation de la société. Il se peut que le propriétaire veuille vendre l’entreprise en raison d’une mauvaise réputation, ce qui posera d’énormes problèmes à l’acheteur.

L'acheteur doit également savoir si l'entreprise ne s'appuie pas uniquement sur quelques clients ou sur certaines compétences que seul le propriétaire possède. En outre, l'acheteur doit contacter les employés clés ( car ils en savent plus sur l'entreprise ) pour savoir si l'entreprise a des antécédents en matière de relations honnêtes et de respect des obligations dans les délais impartis.

5. Permis et licences

L'acheteur doit également vérifier si les permis et licences commerciaux sont valides et à jour. Si l'acheteur entretient des doutes sur l'authenticité de l'un des documents présentés, il convient de procéder à une vérification auprès de l'organisme émetteur.

6. Matériel et autres biens

L'acheteur doit demander et examiner la liste des actifs à vendre et enquêter sur tout le matériel, les machines et les autres biens de l'entreprise. Ceci afin de s'assurer qu'ils sont tous dans de bonnes conditions et sont correctement enregistrés.

Au cas où il y aurait un équipement défectueux, un vendeur honnête l'aurait immédiatement signalé à l'acheteur au lieu de le laisser découvrir par lui-même.

7. Analyse de la concurrence

L'acheteur devra également analyser la concurrence. La concurrence féroce peut être la raison non divulguée pour laquelle le vendeur a décidé de placer son entreprise sur le marché. Pour savoir si tel est le cas, vous devrez jouer un rôle de détective en consultant le quartier pour savoir combien d'entreprises similaires se trouvent à proximité.

Bien qu'aucune règle ne définisse les limites d'une concurrence faible ou intense, l'acheteur devra faire preuve de discernement quant à la manière dont la concurrence pourrait être acquise. C'est une partie très importante de la procédure de diligence raisonnable.

8. Enquêtes spécifiques à l'industrie

L'acheteur doit également déterminer si les progrès technologiques rapides ou les nouvelles réglementations environnementales sont susceptibles de rendre le matériel de la société obsolète. Nul doute que les équipements obsolètes désavantageront l’entreprise, qui sera laissée par d’autres entreprises utilisant des technologies plus récentes.

L’acheteur doit également déterminer si le coût des produits et des autres dépenses de l’entreprise est identique à ce qui se passe avec d’autres entreprises du même secteur.

9. Inventaire

Juste avant de fermer l'entiercement, l'acheteur doit dresser un inventaire de tous les produits, pièces et fournitures à vendre. Cela permet de s'assurer que la valeur nette de ces éléments correspond au montant qui leur est proposé.

10. Vérification du titre

L'acheteur doit s'assurer que le vendeur détient réellement le titre de propriété de tous les actifs de l'entreprise, sauf indication contraire. Ignorer cette partie peut prédisposer l’acheteur à des surprises choquantes à l’avenir. Bien que cette partie du processus de diligence raisonnable incombe normalement à l'agent d'entiercement ou à la société, il en va de même pour l'acheteur.


Articles Populaires